Roadtrip sur la côte d’Azur | Des Gorges du Verdon à Menton

L’été dernier, mon amoureux et moi n’avions qu’une dizaine de jours pour nous évader. On en a profité pour improviser un roadtrip sur la côte d’Azur avant la reprise du boulot. En souhaitant profiter le plus possible tout en dépensant le moins, on a privilégié les déplacements en voiture et les nuitées chez l’habitant. C’est parti! Je vous emmène pour un roadtrip de 10 jours à travers champs de lavande, eaux turquoises et villages pittoresques !

Etape 1 – Les Gorges du Verdon

Le Parc National des Gorges du Verdon est divisé en deux parties par le Lac Sainte-Croix. Il y a d’un côté les Hautes Gorges, et de l’autre, les Basses Gorges. Comme leurs noms l’indiquent, les Hautes Gorges sont plus profondes, et aussi plus étroites, que les Basses Gorges. On ne visite donc pas les deux pour les mêmes raisons. Les Hautes Gorges, c’est l’endroit idéal si vous souhaitez faire des activités « extrêmes », comme le canyoning ou la via ferrata. Les Basses Gorges, quant à elles, proposent des activités plus calmes, comme le pédalo et la marche.

Vous vous doutez bien qu’après une journée entière de route pour descendre dans le Sud, le choix était vite fait ! Nous voulions une journée chill. Nous nous sommes donc rendus au Lac de Quinson, dans les Basses Gorges.

Les Basses Gorges

Quinson, c’est un petit village sur les rives du Verdon où le canyon s’élargit pour former le lac de Montmeyan Plage. D’un côté, un immense barrage, qui fait la frontière entre les Basses Gorges et le Lac Sainte-Croix (et par extension les Hautes-Gorges). De l’autre, un canyon sauvage, classé Natura 2000, qui mène 9 kilomètres plus loin au lac d’Esparron de Verdon. A partir de Montmeyan Plage, il n’y a donc qu’une seule option, prendre la direction du lac d’Esparron de Verdon. Pour l’atteindre, deux possibilités:

a) en marchant: une série de randonnées, adaptées à tous les niveaux, démarrent du parking de Montmeyan-Plage et suivent, pendant un long moment, le Verdon. Des chemins sur les flancs ont été aménagées et rendent la promenade très agréable.

b) par l’eau : au bord du lac, où vous vous serez normalement garés, est installée une base nautique où il est possible de louer différentes embarcations (pédalo, kayak, paddle, etc.) pour arpenter les 9 kilomètres des Basses Gorges sauvages.

Nous, on a fait les deux, histoire d’avoir différents points de vue sur les Gorges. On a d’abord marché sous un soleil tapant et on a ensuite loué un pédalo pour découvrir le reste en mode plus tranquille. Et les deux valent le coup !

Lac Sainte-Croix

Après Montmeyan Plage, on a voulu explorer les environs et nous sommes rendus au Lac Sainte-Croix, cette immense étendue d’eau qui fait office de séparation entre Hautes et Basses Gorges. Sur votre chemin pour atteindre le Pont du Galetas (qu’on voit ici sur la photo), vous apercevrez sans doute des champs de lavande à perte de vue.

Les Hautes Gorges

A faire dans les Hautes Gorges

– Il existe différents sentiers qui combinent marche, via ferrata et canyoning. Le sentier Martel, départ à pied depuis le Chalet de la Maline, est le plus conseillé. Sur ces sentiers, différents points d’intérêts comme le Styx et l’Imbut (deux canyons étroits creusés dans la roche), le Pont de l’Esteiller et la Brèche Imbert (un escalier vertigineux de 710m).
– Visite de Moustiers-Sainte-Marie, un village blotti entre des falaises, classé parmi les plus beaux villages de France.

La Route des Crêtes

Fin de journée, on a repris la voiture pour sillonner la route des Crêtes, une route panoramique surplombant les Hautes Gorges. Rendez-vous à Palud-sur-Verdon pour rejoindre cette route aux multiples points de vue sur le canyon. Veillez à bien circuler dans le bon sens car une grosse partie du circuit est à sens unique.

A faire dans la région

– Les champs de lavande de Valensole
– La cascade de Sillans
– Le Vallon des Carmes de Barjols
– Le Colorado Provençal ou le Sentier des Ocres
– La cascade du Grand Baou au Val
– Le village de Carcès et les chutes du Caramy
– Le village de Gordes

Où dormir ?

Villa + piscine

Durant ces quelques jours en Provence, nous avons passé nos nuits en tente dans le jardin d’une maison louée par ma cousine. Situé à Bras, un très beau village, excellent point de départ pour les différentes visites mentionnées ci-dessus, ce petit Airbnb avec piscine peut accueillir jusqu’à 6 voyageurs à des prix raisonnables (700€/semaine au mois de septembre). En plein coeur d’une forêt privée, c’est l’endroit parfait pour profiter du calme, ou au contraire, faire la fête sans avoir peur de déranger les voisins.

Dans les mêmes prix (mais ici pour 4 personnes max), vous trouverez ce gîte d’architecte avec piscine et bain nordique extérieur ! Allez jeter un coup d’oeil, les photos sont juste CANONISSIMES !

Chambres chez l’habitant

Bon, arrêtons la rêverie et revenons au concept de base de ce roadtrip: les nuits chez l’habitant. En ajoutant des filtres à vos recherches sur Airbnb, vous trouverez facilement tout un tas de (jolies) chambres chez l’habitant à des prix intéressants. Pour éviter d’éventuels problèmes, n’hésitez pas à ajouter « Parking gratuit » à vos recherches. Pour séjourner dans les environs, privilégiez les magnifiques villages de Moustiers-Sainte-Marie, Castellane, Esparron-de-Verdon, Aiguines et Rougon.

Etape 2 – Cassis et le Parc national des calanques

Le lendemain, nous avions prévu d’aller nous prélasser dans le Parc national des calanques, situé tout à côté de Cassis. Enfin prélasser, c’est un bien grand mot ! Les calanques, ce sont en fait des criques qui sont situées dans des vallées très étroites et profondes. Ce n’est donc pas toujours facile d’y accéder.

Sur les 9 calanques que compte ce massif, j’en avais sélectionné deux. Celles de Sugiton et d’En-Vau, connues pour être les plus belles mais aussi les plus difficiles d’accès. Pour s’y rendre, il faut compter plus ou moins 1 heure de marche. Mais attention, pensez bien que l’aller se fait en descente et le retour … en montée ! Vous vous en doutez, il vaut donc mieux bien se préparer (eau, bonnes chaussures, casquette et protection solaire) et peut-être même se munir d’une carte (papier ou Smartphone).

Calanque du Sugiton

Itinéraire (+- 3 km) : Se garer au parking du centre universitaire de Luminy et emprunter le chemin balisé bleu jusqu’au col de Sugiton. Suivre ensuite le sentier en pointillés rouges, qu’il faudra retrouver après avoir traversé la route, et rejoindre ensuite la crique.

Calanque du Sugiton
© Calanques 13

Calanque d’En-Vau

Itinéraire (+- 3,5 km) : Se garer à Port-Miou et suivre le sentier du GR98-51 balisé en rouge et blanc. Face à la montée, prendre à gauche et suivre le sentier balisé en pointillés noirs. Voilà la calanque de Port-Pin. Rejoindre ensuite le sentier du GR98-51 en rouge et blanc et continuer tout droit au croisement sur un chemin en dénivelé. En bas, prendre à gauche le sentier balisé en rouge et descendre jusqu’à la crique.

Pour plus de facilités, les différents itinéraires de randonnées peuvent être téléchargés au préalable sur votre téléphone. Je vous explique comment plus bas.

Cassis

Voilà donc ce qui était prévu pour cette journée dans les calanques ! Malheureusement, la météo en a décidé autrement pour nous car elles étaient fermées pour cause de risques d’incendies. Avant de vous y rendre, je vous conseille fortement de consulter les conditions d’accès à ces différentes zones.

Etant donné que nous avions fait la route jusque-là, nous avons opté pour la visite de la très célèbre petite ville de Cassis. Quand on a eu envie de se poser sur la plage, nous n’avons pas cherché plus loin et nous sommes installés sur la plage du centre-ville.

Mais Cassis a elle aussi ses propres criques et plages secrètes (entendez par-là non fréquentées par le touriste lambda – le touriste qui a la flemme et qui va à la plage la plus proche et la plus bondée. En d’autres termes, nous ce jour-là). Les plages du Corton, du Petit Paradis et de l’Arène, situées à l’est de la ville, doivent valoir le coup d’oeil.

Sinon, autre option: la Calanque de Figuerolles, située dans la commune de La Ciotat (juste après Cassis). Il y a quelques années, nous nous nous y sommes rendus en famille. Bien que moins spectaculaire que les autres, cette jolie crique est plus facilement accessible en voiture, mais est aussi très prisée.

Escalier descendant dans la calanque de Figuerolles

A faire

– Coucher de soleil sur la Route des Crètes, route panoramique longeant la côte.
Traversée Philémon : Via Ferrata sur les falaises du Cap Canaille (niveau intermédiaire)
– Les calanques depuis la mer : en kayak ou en bateau. A partir du port de Cassis, différentes compagnies proposent des visites en bateau des Calanques. Il s’agit évidemment de visites de groupe dont la durée varie entre 1 à 2 heures. Si vous souhaitez organiser votre propre circuit, louez plutôt un bateau ou un kayak pour la journée.

Panneau reprenant les différents circuits en bateau dans les calanques

Etape 3 – Bormes-les-Mimosas

Après notre journée à Cassis, nous nous sommes mis en route en direction de Bormes-les-Mimosas et d’une des plus belles plages de la région (ou de la côte méditerranéenne si l’on en croit internet).

La plage de l’Estagnol

La plage de l’Estagnol, c’est une magnifique crique de sable fin entourée d’une forêt de pins, située à quelques kilomètres du centre de Bormes-les-Mimosas. Notre visite au Sahara de Lommel m’a d’ailleurs directement fait penser à cet endroit.

Pour l’atteindre, rien de plus simple, il suffit de rejoindre l’immense parking payant (11€/voiture – paiement par carte accepté). Immense parce que oui, cette plage est très fréquentée, aussi bien par les locaux que les touristes. Mais peut-être que le parking payant en dissuadent quelques uns ?! D’ailleurs, il y a un sentier du littoral qui relie les différentes plages voisines. Peut-être qu’il existe un moyen d’atteindre cette plage à pied depuis un parking gratuit ?!

Ce sentier vous permettra aussi de vous éloigner de la foule éventuelle et de trouver un spot plus isolé. Mais sans doute moins confortable que sur le sable car il y a un omniprésence de rochers. Vous passerez alors de plage en plage et découvrirez de très jolis points de vue sur celles-ci et la pinède.

Bormes-les-Mimosas

C’était ma deuxième fois dans ce joli village médiéval. Il y a quelques années, nous l’avions visité en famille en plein milieu de la journée. Nous avions fait le tour du village, emprunté ses escaliers et son labyrinthe de ruelles. Cette fois-ci, nous nous y sommes rendus au coucher du soleil pour le souper.

A faire dans les alentours

– Hyères
– Île de Porquerolles
– Admirer le Fort de Brégançon, lieu de villégiature des présidents français.

Où dormir ?

Grâce à un Bongo que j’avais reçu, nous avons eu l’occasion de passer une nuit à l’hôtel pendant notre séjour. L’hôtel Les Jardins de Bormes, à l’entrée de la commune de Bormes-les-Mimosas, propose de très jolies chambres à partir de 62€/nuit (petit-déjeuner à 12€ non compris). L’hôtel est équipé d’une piscine et d’un jacuzzi extérieur et jouit d’une très bonne situation géographique.

Etape 4 – Ramatuelle, Gassin et le Cap Taillat

Le lendemain, après une petite heure de route le long de la côte, nous avons rejoint la commune de Ramatuelle.

Cap Taillat

Contrairement à la veille, nous avions envie d’une plage discrète, sauvage et peu fréquentée. Après quelques recherches, nous nous sommes dirigés vers le Cap Taillat, une presqu’île boisée rattachée au continent par une petite bande de sable et de roches. Nous avons suivi le GPS qui nous a mené jusqu’au quartier de la Bastide Blanche où nous nous sommes garés en faisant attention de ne pas entrer dans le domaine viticole situé un peu plus bas. Une fois garés, nous avons marché une vingtaine de minutes à pied dans un sentier de cailloux (évitez les tongs!) pour atteindre la plage. Nous nous sommes posés sur un bout de plage situé entre les plages de la Douane et de Briande (ce côte de la plage, invisible depuis notre spot, étant réservé aux nudistes).

Nous avons adoré cette petite crique tranquille faisant face au Cap Taillat. Sur l’après-midi, nous avons dû croiser une vingtaine de personnes. Sans compter les deux ou trois petits bateaux venant y faire escale pour quelques heures. L’eau turquoise et transparente feront le bonheur des amateurs de snorkeling.

Et si l’endroit ne vous plaît pas (ce dont je doute), vous pouvez toujours emprunter le sentier du littoral qui rejoint l’Escalet et vous arrêter en chemin.

Ramatuelle et/ou Gassin

En fin d’après-midi, rendez-vous dans l’un des villages perchés au-dessus du Golfe de Saint-Tropez. Ramatuelle ou Gassin, vous ne serez pas déçus par ces villages remplis de charme.

Où manger ?

Lors de notre passage, nous avons soupé au bar à vin L’Ephémère du domaine viticole Fondugues Pradugues. Installé dans une pinède au bord d’une route, ce joli food-truck propose des dégustations du vin produit dans le domaine ainsi que des tapas et planches apéritives. Petit plus ? Un terrain de pétanque mis à disposition des clients !

Où dormir ?

N’hésitez pas à dormir dans l’un de ces beaux villages. Ou faites comme nous, et reprenez la route pour une trentaine de minutes pour vous rendre à La Garde-Freinet (60€/nuit). Vous séjournerez chez Isabelle et son mari, où une chambre avec douche et entrée privative a été aménagée dans une partie de leur maison. Nous y avons été très bien accueillis, malgré notre heure tardive d’arrivée, et y avons passé un excellent séjour.

Etape 5 – Saint-Tropez et Port-Grimaud

Saint-Tropez

Le lendemain matin, cap sur Saint-Tropez et Port-Grimaud. Contrairement à ce que nous avons fait, je vous conseille de visiter Saint-Tropez la journée plutôt que le soir. Enfin tout dépend de ce que vous souhaitez y voir. Nous nous y sommes rendus en soirée et avons été aveuglés par son exubérance, ses yachts et grosses voitures. Difficile d’y trouver autre chose à cette heure de la journée, vous me direz ! C’est pourquoi il vaut peut-être mieux s’y rendre tôt le matin afin d’éviter les foules et découvrir la ville telle qu’elle est vécue par les locaux.

Port Grimaud

Après Saint-Tropez, cap sur Port Grimaud, connue comme la Venise Provençale. Construite dans les années 60 sur d’anciens marécages, cette cité lacustre (je ne connaissais pas ce terme qui fait référence à des habitations construites sur une étendue d’eau) était principalement habitée par des marins. Voilà pourquoi chaque maison possède un accès direct à l’eau depuis le jardin et la possibilité d’y amarrer un bateau. Aujourd’hui, cette petite ville côtière privée est devenue le point de chute pour l’été de bien d’amoureux d’activités nautiques.

En tant que cité privée, l’accès y est surveillé et limité aux touristes. Il faut donc se garer à l’extérieur. Il y a un parking couvert juste à côté de l’Office du Tourisme. Ensuite, rejoignez le port et découvrez à pied ses jolies maisons et son ambiance particulière qui rappelle quelque peu les villages de vacances.

Saint-Raphaël

Le soir, nous avons repris la route du littoral et nous sommes arrêtés à Saint-Raphaël pour y passer la nuit. Vous l’aurez compris, nous essayions d’éviter le plus possible les grosses villes touristiques, qui n’ont souvent pas grand intérêt. Toutefois, au niveau des logements, il faut admettre que l’offre y est plus grande et il est donc plus facile d’y trouver un logement en dernière minute.

Où manger ?

Recommandée par notre hôte, nous avons mangé à la Piccola Sicilia, une trattoria italienne qui ne paie pas de mine. Située à quelques rues du port, elle semblait toutefois être principalement fréquentée par des locaux. Nous y avons mangé des plats typiques italiens et nous sommes régalés !

Où dormir ?

Nous avons séjourné dans une chambre privée dans l’appartement de Marie-Anne et sa fille (44€/nuit). Situé dans une résidence avec parking privé, leur appartement est l’endroit idéal pour passer une nuit sans trop dépenser. En plus, il se trouve à quelques minutes à pied du centre-ville.

Etape 6 – Le massif d’Estérel et Nice

L’Estérel, c’est le massif volcanique de roches ocres plongeant dans la Méditerranée. Né il y a 250 millions d’années, il s’est, lors de la formation de la Méditerranée, détaché de l’Afrique et attaché à notre continent. Plus tard, un pan de l’Estérel s’est à nouveau détaché pour former l’île de Corse, que l’on peut apercevoir lorsque le ciel est dégagé.

A pied ou à vélo, différents circuits permettent d’arpenter ses 32 000 hectares de reliefs et d’avoir de de magnifiques points de vue sur la côte azuréenne.

Cap Roux

Envie d’une randonnée dans ces montagnes et d’admirer la vue depuis le Cap Roux, ce pic rocheux surplombant la mer ? Rendez-vous jusqu’au parking de la Sainte-Baume pour rejoindre le point de départ du parcours. Au menu ? Une table d’orientation, une chapelle, une grotte qui fut habitée par l’ermite Saint-Honorat et des points de vue à 360° ! Et si vous souhaitez prolonger, il existe une variante qui vous fait rejoindre le Pic de l’Ours, qui offre un autre point de vue panoramique sur le massif et le littoral méditerranéen.

Cap Rou
© Circuits Estérel Côte d’Azur

J’ai trouvé un itinéraire plutôt bien détaillé ici. Pour l’avoir à disposition, je vous suggère de le télécharger directement depuis votre smartphone en fichier .gpx. Pour le lire, il suffit d’avoir une application de navigation comme OsmAnd ou GPX Viewer.

Calanque du Fournas

« Après l’effort … » Une fois de retour à votre voiture, reprenez la route en direction de la côte pour une baignade bien méritée ! Comme vous pouvez le constatez sur les photos, la Calanque de Fournas se trouve dans la continuité du massif. Cette plage, construite dans la roche, est essentiellement constituée de galets aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’eau. Il vaut donc mieux être bien équipé (chaussures d’eau et serviette de bain épaisse).

Pour s’y rendre, il faut traverser à pied un quartier résidentiel bloqué par des barrières. Il faut donc se garer sur la Corniche, la grande route longeant le littoral, et continuer à pied.

Nice

Restez dormir sur Saint-Raphaël (chez Marie-Anne peut-être?) ou reprenez la route pour aller passer la soirée dans le vieux Nice. Personnellement, nous avons été séduits par ce vieux quartier aux rues étroites. Et beaucoup moins par la partie plus moderne de la ville. La très célèbre Promenade des Anglais n’a selon moi rien d’exceptionnel.

Où dormir ?

Après notre découverte express de Nice, nous avons repris la voiture pour aller dormir dans la chambre privée de Valérie. Sa maison familiale se trouve sur les hauteurs de Nice à une quinzaine de minutes du centre-ville. Située dans une rue en cul-de-sac, il y fait très calme et y est facile de garer sa voiture. Le jardin, très agréable et couvert par des plantes grimpantes, est l’endroit idéal pour prendre le petit-déjeuner (ou l’apéro !).

Etape 7 – Villefranche-sur-Mer et Saint-Jean-Cap-Ferrat

Villefranche-sur-Mer et Saint-Jean-Cap-Ferrat (oui ils aiment les noms composés dans ce coin-là) sont deux villes voisines de Nice situées de part et d’autre d’une baie, la Rade de Villefranche-sur-Mer. Bien que très proches, elles ont chacune une ambiance bien différente de l’autre.

Cap Ferrat

Cap Ferrat, c’est une presqu’île située dans la continuité de Saint-Jean-Cap-Ferrat qui est bordée de magnifiques plages. Composée de quelques petites routes où les places de parking se font rares, il n’est pas toujours évident de s’y garer. Mais en faisant le tour plusieurs fois et avec un peu de chance, vous trouverez une place !

Ici, pas besoin de marcher longtemps avant de sentir le sable chaud sous ses pieds. Une fois garés, nous n’étions qu’à une petite centaine de mètres de la Plage des Fossés. Cette petite plage se trouve dans une crique, l’Anse des Fossés, située en contrebas d’une petite route. Un escalier vous mènera facilement vers cette plage de sable blanc. Mais attention, l’entrée dans l’eau se fait sur des galets.

Villefranche-sur-Mer

Après la baignade dans l’eau turquoise de Cap Ferrat, on est revenus sur nos pas pour faire le tour de Villefranche-sur-Mer. C’est moi ou cette ville installée à flanc de colline à des airs des Cinque Terre ?

Comment s’y rendre ?

Pour vous garer, je vous conseille d’oublier les parking payants, qui sont souvent bondés, et de plutôt chercher une place sur les hauteurs de la ville. Descendez ensuite à pied et traversez la ville en empruntant ses escaliers et en admirant ses magnifiques maisons colorées pour rejoindre ensuite l’eau et le port.

Une envie soudaine de vous baigner ? Pas d’inquiétude, Villefranche-sur-Mer a une gigantesque plage de sable blanc. Mais elle est aussi très prisée par les familles car l’accès à l’eau y est très facile (pas de galets). Vous l’apercevrez depuis le port et la rejoindrez en longeant l’eau.

Etape 8 – Cap d’Ail et Menton

Menton, la dernière ville française avant la frontière italienne et la fin de cet itinéraire. Pour vous y rendre, évitez de prendre l’autoroute et privilégiez les grandes routes longeant l’eau. Ce faisant, vous aurez l’occasion de vous arrêter (ou pas) à différents points d’intérêt.

Cap D’ail

Sur la route, nous avons fait un arrêt improvisé à Cap d’Ail, dernière commune avant la Principauté de Monaco. En guise de dernière baignade avant le retour en Belgique, nous nous sommes rendus à la plage de la Mala, située dans la Baie de Saint-Laurent.

Considérée comme l’une des plus belles plages de France, cette plage de sable blanc et de galets, attire les foules. Victime de son succès, une partie de la plage a été aménagée pour accueillir les touristes huppés du Cap d’Ail. Une série de restaurants, bar à cocktails et plages privées y ont été installés, ce qui fait perdre un peu de charme au lieu. Mais, en s’éloignant de ces installations, vous trouverez une petite place pour vous installer sur la plage.

Comment s’y rendre ?

Le mieux, c’est de se garer au Parking payant Beaverbrook, situé sur la grande route. Ensuite, vous n’aurez qu’à descendre la route en serpentin et emprunter un escalier jusqu’à rejoindre la Baie de Saint-Laurent. Attention, la remontée fait mal aux jambes !

Comme presque sur toutes les plages de la Méditerranée, un sentier piéton depuis la Mala vous mènera vers d’autres plages.

Menton

Après un bref passage en voiture à Monaco, nous sommes enfin arrivés à Menton ! Surnommée la « Perle de la France », cette magnifique petite ville est réputée pour ses maisons colorées et ses citrons ! Oui oui, vous avez bien lu ! Il existe à Menton un climat doux propice à la culture du citron. On le fête d’ailleurs chaque année durant le mois de février.

Depuis 1991, Menton est classée « Ville d’Art et d’Histoire » et on comprend pourquoi. Depuis le vieux port et la plage, admirez la palette de couleurs pastels des maisons de la Vieille Ville. Ensuite, engouffrez-vous au coeur de la Vieille Ville, qui est encore peu fréquentée des touristes. Profitez de cet instant rien qu’à vous pour arpenter son labyrinthe de ruelles aux façades colorées et prendre de jolies photos.

A faire

– Se promener le long de l’eau
– Manger au marché couvert
– Visiter la Basilique Saint-Michel Archange
– Visiter l’un des jardins de la ville. Décrite comme une ville-jardin, Menton abrite une série de jardins d’exception dans lesquels trônent parfois de somptueuses villas. Découvrez le Jardin Fontana Rossa aux inspirations valenciennes ou le Jardin de Maria Serena, une palmeraie surplombant la mer.

Arrêt sur la route du retour

Où dormir ?

Après notre visite de Menton, nous avons quitté le Sud et repris la route direction Lyon. Comme nous étions samedi soir, nous avions encore le temps le lendemain pour faire le reste du trajet. Nous nous sommes donc permis un arrêt pour la nuit dans la maison de maîtres de Sylvette. Sa propriété, idéalement située en dehors de Lyon et aux abords de l’autoroute, est charmante ! Elle contient une magnifique piscine dans laquelle nous avons eu la chance de piquer une tête avant de rejoindre la route. Et si Sylvette a le temps, elle se fera un plaisir de vous concocter un délicieux petit-déjeuner (compris dans le prix).

MES CONSEILS

1. Ne réservez pas vos logements trop à l’avance et laissez-vous guider par vos envies du moment. Nous cherchions nos logements la veille voire le jour-même et vous pouvez voir que nous n’avons jamais été bloqués et avons trouvé des logements à des prix plus qu’abordables.

2. Prévoyez des chaussures qui vont dans l’eau. Même si on sait tous à quel point ces chaussures ne sont pas sexy, elles sont quand même vachement pratiques ! Les plages de la Côte d’Azur ne sont pas toutes constituées de sable blanc et l’entrée dans l’eau peut parfois être difficile.

3. Obligation d’emporter avec vous masques et tubas pour explorer les fonds marins des criques et des calanques.

4. Privilégiez les routes longeant le littoral plutôt que de prendre l’autoroute. Non seulement cela vous fera économiser de l’argent en évitant les péages mais vous pourrez aussi profiter de paysages plus intéressants.

5. Prenez le temps ! Nous avons passés 10 jours intenses parce que oui, faut avouer qu’on a pas arrêté de courir ! Je vous conseille donc, si votre situation vous le permet, au vu de la quantité de choses incroyables à voir et à faire, de prévoir 2 voire 3 semaines dans cette magnifique région.

L’itinéraire

En cliquant sur l’image ci-dessous, tu devrais avoir accès à ma carte Google Maps qui reprend toutes les adresses mentionnées dans cet article ! Enregistre-les pour ton prochain voyage dans le Sud !

Itinéraire sur Google Maps

Voilà, j’espère que cet article vous aurez aidé à planifier votre future escapade dans le Sud de la France. Si c’est le cas, n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire ou via Instagram ! Je vous souhaite un excellent séjour.

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager ou l’enregistrer pour plus tard 🙂

A tout bientôt,

Camille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *